دريد لحام : فلم الحدود كامل

Posted: February 13, 2013 in Cinema


لحدود فيلم سوري كوميدي أنتج عام 1982. كتب نصه السينمائي والسيناريو والحوار الكاتب السوري محمد الماغوط ، دريد لحام مثل الدور الرئيسي فيه وقام بإخراجه. شاركه في التمثيل كل من الممثلة رغدة، ورشيد عساف، وهاني السعدي وهاني الروماني وعمر حجو وأحمد حداد.[1]
موضوع الفيلم

يسخر الفيلم من إدعاء الوحدة العربية والتعاون العربي من خلال سائق مسافر بين بلدين، تدعى الغربية غربستان والشرقية شرقستان، تشاء الصدف أثناء مروره في المنطقة الواقعة بين البلدين أن تضيع أوراقه الثبوتية وجواز سفره، فلا يستطيع العودة إلى بلده المنشأ ولا دخول البلد الآخر. يضطر أن يخيم في منطقة تتوسط المسافة بين البلدين على خط الحدود تماما ضمن أحداث كوميدية من خلال تعامله مع أنماط مختلفة من الناس يلتقي بهم على الحدود. تقع العديد من المفارقات والمعاكسات حتى تفرج عليه.[2]

الفيلم من إنتاج نادر الأتاسي وسيريا فيلم ومن توزيع المتحدة للتجارة والسينماMuhammed al-Maghut (1934- April 3, 2006) (Arabic: محمد الماغوط‎) was a Syrian writer and poet. He was born in Salamiya, Syria.

Muhammad Maghout was credited as the father of the Arabic free verse poetry, liberating the Arabic poems from the traditional form and revolutionizing the structure of the poem.[by whom?] He wrote for theater, TV and cinema. Maghut’s work combined satire with descriptions of social misery and malaise, illustrating what he viewed as an ethical decline among rulers in the region. Some of his themes included the problems of injustice and totalitarian governments. He co-operated with Syrian actors Dureid Lahham and Nihad Qal’i to produce some of the region’s most popular and acclaimed theatrical works, such as Kasak ya Watan (Toast to the homeland) and Ghorbeh (Estrangement).

Al-Maghut was also known for his book “I will betray my homeland”, a collection of essays.

Al-Maghut died at the age of 72 in April 2006.Quotes

“Policemen, Interpol men everywhere; you search for the perfect crime… there is only one perfect crime; to be born an Arab.”

“I am the one who has not been killed yet at war, by earthquake or street accident.”
Works
Poetry

1959: Sadness in the moon light (Huzn fi daw when qamar)
1964: A room with millions of walls (Gurfa bi malayin al-judrán)
1970: Joy is not my profession (Al-farah laysa mihnati)
2001: The rose slayer (“Sayaf al-zohour”)
2005: East of Eden, West of God (” Sharq Adan, Gharb alaah”)
2006: The red bedouin (“Al-badawi al-ahmar”)

Books

I will betray my homeland “Sa akhoun watani” A best seller collection of assays that transcends time and location

The rape of “Kana” and her sisters “Igtisab kana wa akhawateha” is a collection of quoates and interviews by Al-Maghout. (Kana and her sisters are Arabic proverbs that refer to the past tense”

Theater

The hunchback bird (Al-ousfour al ahdab)
The clown (Al-mouharej)
Tishreen’s village (Dayat tishreen)
Exile (Ghourbeh)
Toast to the homeland (Kasak ya watan)
The Poppy Anemone (Shaqaeq al-nomaan)
Outside the flock (kharej al-sareb)

TV

The night tales (Hakaya al-lyl)
Where is the mistake (Wayn al-ghalat)
The musk valley (wady al misk)
Good morning (sah el nawm)

Movies

The borders (Al-hodoud )Mohammed Al-Maghout (arabe : محمد الماغوط) poète, dramaturge, écrivain et scénariste syrien. Né en 1934 à As-Salamiya, il est mort le 3 avril 2006 à Damas. Pionnier de la poésie arabe contemporaine, il a renouvelé les formes traditionnelles dans des textes où se mêlent violence, désespoir et ironie. Sa vie fut marquée par la prison et l’exil au Liban, prix payé pour sa farouche indépendance.
Le poète syrien Mohammed Al-Maghout
Sommaire

1 Biographie
2 Poésie
3 Cinéma
4 Télévision
5 Théâtre
6 Roman
7 Recueil d’articles
8 Références bibliographiques
9 Liens externes

Biographie

Mohammed Al-Maghout est né en 1934 dans une famille d’agriculteurs ismaéliens d’As-Salamiya, dans le gouvernorat de Hama en Syrie. Il entreprend des études d’agronomie à Damas, mais y renonce rapidement, se sentant peu d’intérêt pour la matière. En 1955, il est emprisonné pour son appartenance au parti nationaliste syrien, alors interdit. Il fait la connaissance du poète Adonis en prison et se lance dans l’écriture ; cette expérience de la prison et de la torture aura d’ailleurs une influence capitale sur sa vie et son œuvre.

À la fin des années cinquante, exilé au Liban, il participe au renouveau poétique au sein de la revue shi’r (“poésie”). Il se marie avec la poétesse Sania Saleh, décédée en 1984, dont il aura deux filles : Cham et Salafé. Mohammed Al-Maghout ne s’est pas cantonné à l’écriture de poésie, mais reste également très célèbre comme écrivain de scénarios (films et séries), dramaturge et essayiste polémique. Malgré son refus de toute soumission, Mohammed Al-Maghout a pu poursuivre sa vie d’écrivain en Syrie, où il s’est même vu décerner des honneurs nationaux en 2002.

Il est décédé le 3 avril 2006 et est enterré dans sa ville natale.
Poésie

Mohammed Al-Maghout est considéré par ses pairs comme un des précurseurs du vers libre en langue arabe. Ses premiers poèmes furent publiés dans la revue shi’r (poésie) à la fin des années cinquante. Sa poésie exprime dans une langue simple la contradiction entre les espoirs des gens simples et les promesses non tenues du nationalisme arabe ; elle exprime également le refus catégorique de toute soumission à l’ordre social, politique ou religieux.

Malgré la déception, le pessimisme, l’humour noir et l’ironie palpables dans chacun de ses vers, Mohammed Al-Maghout ne sombre jamais dans le cynisme tant – au contraire – semble sourdre de sa poésie un humanisme diffus, comme si malgré les nombreux travers qui le caractérisent, il conservait à l’être humain une profonde affection.

Al-Maghout possède un sens aiguë de la sentence qui frappe l’esprit et des mots féroces qui tombent juste. Au niveau du style, il se caractérise par la clarté de son langage parfois très proche de la prose, l’abandon de la rime et de la métrique, ainsi que par la répétition de structures simples dans ses vers.

Muhammad Al-Maghout a publié les recueils de poésie suivants, en langue arabe :

1959: Tristesse au clair de lune (Houzn fi douwi l-qamar)
1964: Une chambre aux millions de murs (Ghourfa bi malayiini l-joudran)
1970: La joie n’est pas mon métier (Al-farahou laysa mihnati); Traduction en français : La joie n’est pas mon métier, trad. Abdellatif Laâbi, Éditions de la Différence, 1992
2001: Le bourreau des fleurs (Sayyafou z-zouhour)
2004: Est d’Eden, Ouest de Dieu (Sharqou adan, gharbou Llah)
2006: Le bédouin rouge (Al-badawi l-ahmar)

Extrait traduit de “Mort et agonie de Sania Saleh”, in “Le bourreau des fleurs”, Beyrouth, 2001.

« Trente ans,

Et tu me portes sur ton dos comme le soldat blessé

Et moi je ne peux

Te porter quelques pas vers ta tombe,

Que je visite avec lourdeur

Dont je reviens avec lourdeur

Car je ne fus de toute ma vie

Fidèle ou attentif

À l’amour, ou l’honneur, ou l’héroïsme,

Je n’aime ni ville, ni campagne,

Ni lune ni arbre, ni riche ni pauvre,

Ni ami ni voisin, ni café,

Ni montagne ni plaine, ni enfant, ni papillon.

Dès lors, ma répugnance pour le terrorisme

Ne me laisse aucune chance,

Pas même celle d’aimer Dieu. »
Cinéma

Les frontières (Al-houdoud)
Le rapport (At-taqrir)

Télévision

Les histoires de la nuit (Hakayat al-lil)
Où est la faute (Win al-ghalat)
La vallée du musc (Wadi l-misk)

Théâtre

L’oiseau bossu (Al-‘ousfour al-ahdab)
Le clown (Al-mouharij)
Le village de Tashrin (Dayat tishreen)
Exil (Ghourba)
À ta santé, ô patrie (Ka’sak ya watan)
Anémones (Shaqa’iq an-nou’maan)
Hors du troupeau (Kharij as-sarib)

Roman

2007: La balançoire (Al-arjouha)

Recueil d’articles

1987: Je trahirai ma patrie (Sa akhounou watani)

Références bibliographiques

La Syrie au présent, dir. DUPRET B., GHAZZAL Z., COURBAGE Y., AL-DBIYAT M., p. 459 in article “Le théâtre syrien aujourd’hui”, ZITER E.
Biographie en arabe : Lou’i Aadam, Watan fi watan, Dimashq, 2007 (en arabe
The report (Al-taqreer)

Awards

2005: Prize for Poetry – Sultan Bin Ali Al Owais Cultural Foundation.
2000: Medal of the Experimental Theater – Cairo.
1973: Prize of Said Aql of Theater.
1950: Prize For Poetry – An-Nahar Newspaper.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s